Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

L’exposition des habitants de l’étang de Berre à la pollution de l’air, un enjeu de santé publique

Du fait de la forte concentration industrielle, de l’urbanisme et de l’important maillage logistique sur le pourtour de l’étang de Berre (densité du trafic routier et autoroutier, nœuds multimodaux), ce territoire est une zone où l’exposition des habitants à une pollution de l’air répétée et continue est une réalité. Retrouvez plus d’explications sur les émissions de pollution dans le Panorama dressé par AtmoSud.

L’exposition aux trois polluants « principaux » (à entendre retenus classiquement pour analyser l’exposition d’une population à la pollution) ci-dessus présentée montre de manière significative une exposition importante des habitants de l'étang de Berre aux particules fines (PM10) sans pour autant en faire une spécificité régionale.  

Les indices présentés dans cette fiche sont mis en regard avec les valeurs limites fixées par l’Organisation Mondiale de la Santé. Il convient de préciser que pour des valeurs inférieures aux seuils réglementaires, les conséquences sur la santé ne sont pas pour autant nulles.

L’exposition des populations à la pollution se mesure classiquement et de façon admise au niveau international, par l’indice synthétique annuel.

L’indice synthétique annuel permet d’évaluer le niveau de pollution annuelle global, sur une échelle de 0 (Très bon) à 100 (Très mauvais) sur l’ensemble de la région. La valeur cartographiée correspond, pour chaque territoire, à un indice cumulant les concentrations annuelles de trois polluants réglementés, bons indicateurs de la pollution atmosphérique à laquelle la population est exposée, en milieu urbain, périurbain ou rural (le dioxyde d’azote (NO2), les particules fines (PM10) et l’ozone (O3) pondérés par leurs lignes directrices OMS. 

La carte ci-dessus tend à montrer que malgré une certaine exposition des habitants de l’étang de Berre aux polluants (du fait notamment de la forte concentration industrielle et d’un réseau logistique dense) plusieurs zones de la région PACA tendent à présenter des indices tout autant voire plus élevés.

Une importante part de la population exposée à une concentration moyenne de PM10 supérieure à la valeur OMS 

Les PM10 sont des particules dont le diamètre n’excède pas 10 microns et qui peuvent pénétrer et se loger en profondeur dans les poumons. Valeur limite fixée par l’OMS : 20 μg/m3 (moyenne annuelle)

Dans l’arrondissement d’Istres (territoire de l’étang de Berre), 94,2 % de la population est exposée à une concentration moyenne de PM10 supérieure au seuil de l’OMS, contre 46,9 % pour la région PACA.

L’ensemble de la population exposée à une concentration moyenne d’ozone supérieure à la valeur OMS, comme pour l’ensemble de la région PACA

L’ozone se forme sous l’effet de réactions photochimiques (c’est-à-dire en présence du rayonnement solaire) entre divers polluants, comme les oxydes d’azote (NOx, émis par les véhicules et l’industrie entre autres) et les composés organiques volatils (COV, émis principalement par les véhicules, les solvants ou encore l’industrie). 

La valeur limite fixée par l’OMS : 100 μg/m3 (moyenne sur 8 heures) maximum 25 jours par an.

Sur l’ensemble de la région PACA, 100 % des habitants sont exposés à une concentration d’ozone supérieure à la valeur OMS.

Une exposition à une concentration moyenne de dioxyde d’azote (NO2) supérieure à la valeur OMS dans l’ensemble pas plus importante sur le territoire que dans le reste de la région 

Valeur limite fixée par l’OMS : 40 μg/m3 (moyenne annuelle)

Dans l’arrondissement d’Istres (territoire de l’étang de Berre), 0,4 % de la population est exposée à une concentration moyenne de dioxyde d’azote (NO2) supérieure au seuil de l’OMS contre 2,9 % pour la région PACA. L’exposition des habitants de l’étang de Berre par rapport à la moyenne régionale est donc bien moindre.