Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement
Action en cours

Projet Jupiter 1000 : Transformer le surplus d’électricité renouvelable en gaz pour le stocker et recycler le CO₂

Power to Gas : transformer l’électricité en gaz pour la stocker

2016-2021
Plus d'un million d'euros.

Acteurs en lien : Soutenu par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Cofinancé par l’Union Européenne et l’État à hauteur de 30% ( Région PACA, ADEME , FEDER )

Partenaires : RTE, Teréga, CNR, McPhy, Port de Marseille Fos, CEA, Khimod Alcen, Leroux & Lotz Technologies

Power to Gas : transformer l’électricité en gaz pour la stocker

L’électricité produite par les champs éoliens terrestres, marins et les centrales solaires peut ne pas être intégralement consommée ou exportée. Faute de solution de stockage, la production est alors arrêtée ou l’électricité est perdue pour ne pas saturer les réseaux. L’innovation technologique apportée par le démonstrateur Power to Gas offre une solution pour stocker et utiliser cette électricité, en la transformant en gaz.
 

Comment ?

En transformant l’électricité en hydrogène par électrolyse de l’eau. Ensuite, l’hydrogène (H₂) peut être combiné à du dioxyde de carbone (CO₂) pour obtenir du méthane de synthèse (CH₄) par un processus de méthanation, qui va permettre d'accroitre les synergies grâce à des volumes plus importants. Une fois le CO₂ capté, il est purifié, séché et comprimé pour être envoyé et recyclé vers le réacteur de méthanation (CH₄).
 

Le 1er projet Power to Gas raccordé au réseau de transport de gaz français, baptisé Jupiter 1000, a été lancé à Fos-sur-Mer en 2016. L'objectif étant de créer des synergies avec les industriels déjà implantés, il y a en parallèle le développement d’une technologie de captage de CO₂ permettant de séparer le CO₂ des fumées industrielles émises par Ascométal. 

Il pourrait être question, en fonction des démonstrations effectuées, d’implanter plusieurs unités sur le territoire.

Objectif(s) :

Le power-to-gaz peut contribuer à l’approvisionnement en Gaz Naturel pour Véhicule (GNV) avec un bilan carbone neutre. Le gaz vert ainsi produit, moins émetteur de CO₂ et de particules fines que l’essence ou le gasoil, constitue une alternative sérieuse aux carburants classiques pour les transports, avec pour effet de diminuer la pollution de l'air. 

Avancement :

(Mise à jour le 14/12/2021)

En 2021 :

Les tests technologiques visant à convertir le surplus d’énergie en hydrogène sont efficaces. Au total, 1 mégawatt de puissance est stocké. Des perspectives pour stocker davantage pourraient se dégager d’ici 2023, une fois les différents tests technologiques effectués.

L’installation du pipe reliant Ascométal à Jupiter 1000 a débuté. Cela permettra d’acheminer le CO₂ (séparé des fumées industrielles émises par Ascométal) jusqu’à Jupiter 1000 où il sera assemblé à de l’hydrogène pour produire du méthane de synthèse.

Les tests technologiques visant à créer ce gaz de synthèse (syngaz), ici du méthane (CH4) en combinant H₂ et CO₂ ont débuté et devraient durer jusqu’en début d’année 2023.

(Mise à jour le 04/05/2020)

En 2020 :

La première étape qui visait à produire de l’hydrogène et à l’injecter dans le réseau a été conclue avec succès en février 2020. 

La deuxième étape visant à produire du gaz de synthèse est prévue pour l’été 2020.