Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

Quelques données générales sur la santé des habitants de l'étang de Berre

Une espérance de vie dans les Bouches-du-Rhône comparable à celle de la région, mais variable selon le genre et le statut socio-économique

Dans les Bouches-du-Rhône, l’espérance de vie à la naissance est de 80 ans chez les hommes et 85,7 ans chez les femmes en 2019, des chiffres proches de la moyenne régionale (80 ans chez les hommes, 85,6 ans chez les femmes). Ces chiffres ne sont pas disponibles à une échelle plus fine que le département. A noter que les disparités d’espérance de vie en France sont importantes, non seulement entre les femmes et les hommes, mais également en fonction du statut socio-économique. L’espérance de vie des hommes disposant des revenus les plus faibles est de treize années plus courte que celle des hommes ayant des revenus les plus élevés. L’écart était de huit ans chez les femmes (INSEE, 2018). Cette disparité selon les revenus peut s’expliquer, en partie tout du moins, par les différences de niveau d’éducation et de conditions de vie, d’exposition aux facteurs de risque et d’accès aux soins de santé.

Autour de l’étang de Berre, plus de la moitié des décès sont liés à des cancers (31 % des décès) ou à des maladies cardio-vasculaires (23,4 %), comme dans le reste de la région.

Environ 30 % des décès liés aux comportements de santé individuels et 10 % à l’environnement

En 2017, environ un tiers de l’ensemble des décès en France pouvait être imputé à des facteurs de risques liés aux comportements individuels. Ainsi, environ 14 % de l’ensemble des décès pouvaient être imputés au tabagisme (actif et passif), 13 % à l’alimentation (incluant une faible consommation de fruits et de légumes et une forte consommation de sucre et de sel), 7 % à la consommation d’alcool et 2 % à une activité physique insuffisante (Profil de santé de la France 2019, OCDE).

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 23 % des décès dans le monde, mais 11 % des décès en France sont attribuables à l’environnement au sens large (pollution de l’air atmosphérique, habitat insalubre, accidents de la route…).

Des niveaux de mortalité globalement plus importants sur l’étang de Berre que dans la région, notamment pour les cancers et les maladies circulatoires

Les données relatives à la mortalité permettent de mettre en exergue à la fois les complications dues à certaines pathologies et d’identifier d’éventuelles sur-présence de pathologies lourdes.

Ces tableaux sont des synthèses de données relatives aux indices de mortalité. Ils permettent de mettre en exergue une comparaison des indices de mortalité des habitants de l’étang de Berre par types de maladies (sélection faite des maladies pouvant être imputées à une exposition chronique aux polluants) et par rapport à la région PACA. La région PACA constitue dans cette analyse la référence (exprimé en base 100 dans le tableau).

L’indice comparatif de mortalité (ICM) est le rapport en base 100 du nombre de décès observés dans une population au nombre de décès qui serait obtenu si les taux de mortalité par sexe et âge étaient identiques à ceux d’une population de référence (population de la région Paca pour ICM base 100 : Paca).

Plusieurs constats sont à tirer de la lecture de ces tableaux :

  • Les indices comparatifs de mortalité pour le territoire de l’étang de Berre sont globalement supérieurs à la moyenne régionale, suggérant un état de santé moins favorable que dans la région ;
  • On observe notamment une surmortalité par cancers (dont cancer du poumon) et par maladies circulatoires (infarctus, AVC…) ;
  • Ces indices ne prennent en compte que la mortalité. Afin d’avoir une vision plus précise de la santé, il conviendrait de s’intéresser également aux données relatives aux ALD (ci-dessous présentées), aux suivis médicaux, aux hospitalisations pour maladies de l’appareil respiratoire, de l’appareil circulatoire, des cancers.