Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

Étude menée sur la « Pollution atmosphérique et hospitalisations dans le secteur de l’Étang de Berre, 2004-2007»

Sur les pathologies cardio-vasculaires et respiratoires, et certains cancers

  • Risque
  • Santé
  • Exposition
  • Pollution
2005-2011
  • Martigues
  • Saint-Mître-les-Remparts
  • Carry-le-Rouet
  • Cornillon-Confoux
  • Fos-sur-Mer
  • Grans
  • Marignane
  • Port-Saint-Louis-du-Rhône
  • Le Rove
  • Saint-Victoret
  • Vitrolles
  • Port-de-Bouc
  • Berre-l’Étang
  • Châteauneuf-les-Martigues
  • Ensuès-la-Redonne
  • Gignac-la-Nerthe
  • Istres
  • Miramas
  • Rognac
  • Saint-Chamas
  • Sausset-les-Pins

 En 2005, la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales des Bouches-du-Rhône (DDASS) a saisi l’Institut de veille sanitaire (InVS), afin d’évaluer la faisabilité de conduire une étude épidémiologique concernant les effets de la pollution atmosphérique sur la santé des personnes vivant dans la zone de l’Étang de Berre. 

En réponse, l’InVS a mené cette étude sur 29 communes du pourtour de l’Étang de Berre plus ou moins impactées par la pollution atmosphérique des installations industrielles locales dont un des objectifs était de mettre en évidence une association éventuelle entre les variations géographiques de l’exposition aux polluants traceurs, caractéristiques de la pollution industrielle, présente sur la zone de l’Etang de Berre et les hospitalisations pour certaines pathologies cardio-vasculaires, respiratoires ou cancéreuses. 

Cette étude a mis en évidence un excès de risque d’hospitalisations pour infarctus du myocarde chez les femmes pour les communes exposées à des niveaux moyens ou élevés de Dioxyde de Soufre (SO2) et chez les hommes pour les communes les plus impactées.

Aucun excès d’hospitalisation pour pathologies respiratoires ou pour cancers n’a été observé dans les communes exposées à la pollution industrielle à l’exception des leucémies aiguës (cancer du sang) chez les hommes pour les communes les plus impactées.

Les recommandations portent notamment sur la diminution des émissions de certains polluants (SO2, particules et certains composés cancérigènes d'origine industrielle, particules liées au trafic routier), la sensibilisation des médecins sur l'importance de la prévention des maladies cardio-vasculaires et aux risques cancérogènes liés à l'exposition professionnelle, la caractérisation de l’exposition aux particules fines et la surveillance des indicateurs d’hospitalisations.    

Note : Santé Publique France est une Agence nationale scientifique et d’expertise du champ sanitaire (Investigations épidémiologiques, populations, prévention et promotion de la santé)

Cette étude a été présentée en réunion publique le 20/11/2009, réunion organisée par la sous-préfecture d'Istres.

Elle met en évidence un excès de risque d'hospitalisations pour certaines pathologies cardio-vasculaires, respiratoires ou cancéreuses. Quelques chiffres :

  • Les femmes des communes avec une exposition moyenne ou élevée au SO2 présentent un risque d’être hospitalisées pour un infarctus du myocarde (IDM) augmenté de respectivement 38 % et 54 % par rapport à celles des communes avec une exposition de référence faible.
  • Un excès de risque de 26 % est aussi retrouvé chez les hommes pour des niveaux d’exposition élevés au SO2, c’est-à-dire que résider dans une commune avec une exposition élevée au SO2 a multiplié par 1,26 le risque, pour un homme, d’être hospitalisé pour un infarctus du myocarde (IDM) entre 2004 et 2007.
  • Pour les cancers, seul le risque d’être hospitalisé pour une leucémie aiguë est 2,5 fois plus élevé chez les hommes de la zone d’exposition élevée par rapport à ceux de la zone d’exposition de référence.  

"Quelles sont les communes à risques ?" Les excès de risque mis en évidence sont corrélés avec les niveaux d'exposition « élevés » en SO2 : la carte en figure 2 de la synthèse montre le niveau d'exposition pour chaque commune du domaine d'étude : « exposition de référence », « exposition moyenne » ou « exposition élevée » pour des concentrations en SO2 comprises entre 6.4 et 12.4 µg/m3 : Fos sur Mer, Port de Bouc, Martigues, Châteauneuf les Martigues, Sausset les pins, Berre l’étang (étude réalisée à partir de données Airfobep de 2008)

"Transmission des données aux services de l'Etat ?" Tous les acteurs dont les services de l’état ont été informés de ces résultats. Par ailleurs la synthèse et le rapport de l’étude sont accessibles à tous sur le site de Santé publique France.

Cette action répond à ces attentes exprimées par les riverains :