Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

S’informer pour mieux se protéger en cas d’accident industriel


L’un des moyens de prévention les plus efficaces contre les risques industriels est l’information de la population. Dans la région PACA, le Centre d’information pour la prévention des risques majeurs (Cyprès) a pour mission de promouvoir des actions d’information et de sensibilisation aux risques majeurs auprès des habitants. Des campagnes d’information sont organisées et le Cyprès intervient également dans les écoles ou universités afin de donner des formations.

Si vous vous situez dans une zone soumise au risque industriel, il est conseillé de disposer d’un poste de radio à piles et d’avoir du matériel qui pourrait être utile en cas de mise à l’abri (adhésif, bouteilles d’eau). En cas d’alerte, le plus important est de se mettre à l’abri :

 
Il existe un numéro vert mis en place par le Cyprès, diffusant les conduites à tenir en cas d’incident ou de catastrophe et qui permet d’écouter les sirènes d’alerte (0 800 427 366). Le signal de fin d’alerte ou les consignes des services compétents vous indiqueront quoi faire.

Chaque commune possède également un document d’information sur les risques majeurs (DICRIM) accessible à tous, qui permet de connaître les consignes de sécurité locales. Il existe par ailleurs le « plan familial de mise en sûreté ». C’est un guide qui regroupe les informations sur les moyens d’alerte, des consignes à suivre et sur la constitution d’un kit d’urgence ; mais aussi sur les bons gestes à adopter chez soi (couper les arrivées de gaz, d’eau, que faire en cas d’évacuation, etc.).

« Diffusion aux personnes qui ne se connectent pas ou se sentent peu concernées »

L’objectif de l’État, des élus et des industriels est de n’oublier personne. Une véritable culture du risque est recherchée afin que personne ne s’expose à un danger par méconnaissance.

C’est un but difficile à atteindre : chaque habitant peut jouer un rôle dans la diffusion des consignes en cas d’alerte, en particulier auprès des touristes ou personnes de passage. Cette sensibilisation peut passer simplement par une discussion avec les personnes que l’on côtoie : chaque citoyen est le premier acteur de sa propre sécurité.