Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

Une amélioration technologique nécessaire pour les batteries de véhicules électriques


La transition entre les véhicules thermiques (moteurs à essence ou diesel) et d’autres types de mobilité figure parmi les priorités du Gouvernement, afin de réduire les émissions des gaz à effet de serre du secteur des transports. Aujourd’hui, ce sont plus de 200 000 véhicules électriques qui circulent en France. Afin de permettre la généralisation de ce moyen de transport, il faut travailler à la fois sur le volet technologique et sur le volet environnemental.

Pour que les véhicules électriques soient vraiment “propres”, il manque essentiellement trois choses :

  1. Modifier notre manière de produire de l’électricité et développer les énergies renouvelables
  2. Améliorer les conditions d’extraction des métaux rares (qui composent la batterie et le moteur et qui demande beaucoup d'énergie et génère des pollutions)
  3. Améliorer le recyclage des batteries des véhicules électriques

 
Une forte augmentation du nombre de véhicules électriques ne devrait pas faire craindre à la France de difficulté en termes de consommation d’énergie. La question se pose plutôt pour les pics de consommation que pourraient causer la recharge simultanée de ces véhicules. En effet, l’électricité ne se stocke pas facilement et il faut donc assurer un équilibre entre la production et la consommation. L’objectif est de créer un réseau électrique « intelligent » pour générer et distribuer l’énergie de façon plus efficace et durable. L’expansion des stations de recharge est également primordiale. 

Les constructeurs automobiles ont, quant à eux, vocation à créer des batteries plus performantes et rendre plus accessible l’achat des véhicules électriques, bien que des aides financières existent déjà (bonus écologique, prime à la conversion, etc.). 

La recherche de nouvelles technologies pour les batteries pourrait permettre de réduire l’utilisation des ressources naturelles comme l’eau et les métaux rares. Cela permettrait également de réduire l’impact sur la biodiversité et la contamination des sols et de l’eau dus à l’extraction et au raffinage des matériaux. 

Enfin, augmenter le taux de recyclage des batteries et les concevoir en France permettrait de diminuer les rejets nécessaires à la fabrication et au transport des véhicules électriques.