Projet Réponses - Réduire les POllutioNs en Santé Environnement

Les métaux lourds : quel impact sur la santé ?

Focus sur l’étude ESTEBAN (2014 - 2016)

Les métaux lourds : définition et où ils se retrouvent

Sont appelés métaux lourds tous les éléments métalliques supérieurs à 5g/cm3. Les métaux lourds souvent évoqués sont les suivants : arsenic, plomb, cadmium, chrome, cuivre, nickel, mercure, etc. Les sources émettrices de métaux lourds peuvent être naturelles (volcans, incendies de forêt, etc.) ou anthropiques (activité pétrochimique, transports routiers et embarcations, incinération de déchets, etc.). Ils se retrouvent notamment dans l’atmosphère par la combustion de produits fossilifères. En fonction de leur quantité, les métaux lourds peuvent passer d’un élément nécessaire à l’organisme à un élément toxique.

L’étude Esteban menée par Santé Publique France

Objectifs

Entre 2014 et 2016 a été lancée l’étude nationale ESTEBAN (Étude de Santé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition), qui vise à mesurer l’exposition des français à certaines substances de l’environnement, à mieux connaître notre alimentation et notre activité physique et à mesurer l'importance de certaines maladies chroniques dans la population. L’étude est faite pour être reconduite tous les 7 ans.

Elle ambitionne d’étudier les variations temporelles et géographiques des niveaux d’imprégnation

Résultats

L’étude a permis de décrire l’exposition à 27 métaux et de mesurer leur présence dans l’organisme des adultes et chez les enfants. Elle souligne que l’ensemble de la population est concerné.

Les résultats montrent des effets néfastes sur la santé : cancérogénicité, effets osseux, rénaux, cardiovasculaires, neurotoxiques, etc. Elle révèle également une augmentation de la proportion d’arsenic, de cadmium, de chrome et de nickel dans l’organisme chez l’adulte et une baisse du plomb et du vanadium en comparaison à une étude similaire réalisée entre 2006 et 2007.

La présence de ces métaux peut être liée à une forte consommation de poissons et de produits de la mer, de céréales de petit-déjeuner, la consommation de légumes issus de l’agriculture biologique, le tabagisme actif ou passif, les implants médicaux, les plombages dentaires.

Ces résultats soulignent l’importance de maintenir les études de biosurveillance afin de suivre l’évolution des expositions aux métaux. L’objectif étant, in fine, de poursuivre les mesures visant à les réduire en agissant sur les sources d’exposition.

La participation à l’étude ESTEBAN se fait par tirage aléatoire.